Aikido mental ou l’art de rester zen quand on vous provoque

Auteur:
Catégorie: Se perfectionner
Téléchargez gratuitement mon e-book
"Comment devenir une SUPER personnalité"

 

Bonjour les amis et bien­ve­nue sur mon blog !

Aujourd’­hui, il m’est venue l’idée de faire un article sur l’at­ti­tude zen, car je sais que beau­coup de personne voudraient savoir comment rester zen en toutes circons­tances.

L’un des prin­cipes de base de l’aï­kido est la non- agres­si­vité; le second – l’uti­li­sa­tion de l’éner­gie de l’agres­seur contre lui-même.

C’est surtout pour ces raisons que j’ap­pré­cie cet art martial.

En médi­tant sur mon atti­tude par rapport aux provo­ca­tions des gens, je me suis aperçue, qu’en fait, je suis les mêmes prin­cipes de non-violence au niveau verbal…

 

SOMMAIRE:

 

aikido-zen-attitude

 

Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi certaines personnes se plaignent d’avoir des conflits avec un tel et un tel… et d’autres pas ? Certes, certains sont plus plain­tifs que d’autres, mais même malgré cela il y a des personnes qui attirent plus faci­le­ment des conflits que d’au­tres…

Je suis inti­me­ment convain­cue, que dans un diffé­rend, il y a une part de culpa­bi­lité pour chacun des inter­lo­cu­teurs. J’ai égale­ment constaté par ma propre expé­rience, que c’est le plus sage des deux qui met fin à la spirale de la violence.

Dans la suite de cet article, je vais vous expo­ser les 7 atouts de la pratique de l’aï­kido mental et de la maîtrise de soi.

 

1. Le charisme

On peut mesu­rer la gran­deur d’une personne par rapport à ce qui la met en colère.

Avant de vous fâcher, pensez à une personne charis­ma­tique et respec­tée à qui vous souhai­te­riez ressem­bler…

Posez-vous la ques­tion: cette personne céde­rait-elle à ses émotions dans le même cas ?

En gérant les situa­tions avec calme, sagesse et déta­che­ment, on finit toujours par être, si pas appré­cié, mais d’of­fice respecté.

 

2. Vous respec­tez et inspi­rez le respect

On récolte ce que l’on sème.

En gardant le calme et la dignité envers quelqu’un qui nous provoque, on se montre respec­tueux, autant envers soi qu’en­vers les autres.

Mais en plus de cela, on inspire très proba­ble­ment la personne en face de nous par notre atti­tude inébran­lable.

 

3. Vous évitez les conflits

dialog

Un conflit est un gaspillage d’éner­gie à tous les coups ! Son inuti­lité est totale. Vous n’ar­ri­ve­rez jamais à faire accep­ter de force votre opinion à votre inter­lo­cu­teur. Ni en lui démon­trant que vous avez raison, ni en le cassant ! La seule chose que vous obtien­drez – c’est un ennemi.

Si on devait compa­rer le conflit à une balançoire, on obtien­drait un balan­ce­ment de plus en plus fort si les deux personnes y mettent de l’éner­gie.

balancoire

Le désordre devien­drait de plus en plus grand. Et il vien­drait inévi­ta­ble­ment un moment, où le contrôle de la situa­tion nous échap­pe­rait. Donc, à un certain moment, l’une des personnes finit par ramas­ser la balançoire en pleine figure. C’est une des lois de l’Uni­vers!

L’état d’équi­libre et d’har­mo­nie est celui, où la balançoire n’est pas en mouve­ment. Le fait de ne pas répondre à des provo­ca­tions tend donc à rame­ner la situa­tion vers ce point d’équi­libre. Une réac­tion calme et posée y contri­bue.

En sombrant dans le conflit, les deux anta­go­nistes sont toujours perdants

Au lieu de penser au conflit, pensez donc à arron­dir les angles et foca­li­sez-vous sur une tour­nure posi­tive. Même si le prix à payer est de donner raison à l’autre.

Après tout, peut être que ses argu­ments contiennent une part de vérité aussi. Pourquoi ne pas le recon­naître ? Après tout, qui peut prétendre déte­nir la vérité abso­lue ? Et en quoi cela appor­te­rait une amélio­ra­tion notable et durable dans votre vie ? Ne serait-ce pas plutôt de la lutte contre les moulins à vent ?

 

4. Vous ne ferez pas ce que vous risquez de regret­ter par la suite

En se maîtri­sant plutôt qu’en agres­sant en retour, on évite de bles­ser notre inter­lo­cu­teur.

coup-de-poing

Ainsi on évite de frus­trer et de rendre quelqu’un fâché et malheu­reux. Et donc, on évite à quelqu’un le désa­gré­ment d’émettre des pensées néga­tives. Des pensées néga­tives qui peuvent vous concer­ner et affec­ter… du moins si vous en émet­tez vous aussi.

De plus, on ne sait jamais quelles surprises la vie nous réserve … Il se peut qu’on croi­se­rait cette personne encore d’autres fois dans la vie … et qui sait, peut être certaines choses en dépen­draient même.

 

5. Vous êtes ou, au pire, vous parais­sez plus intel­li­gent

Sous l’ef­fet de la colère, on a davan­tage tendance à dire des sottises qu’on regrette par la suite. Comme dit la superbe cita­tion de Coluche:

Mieux vaut fermer la bouche et passer pour un con, que de l’ou­vrir et ne lais­ser plus aucun doute sur ce sujet.

chut

Cela n’aide pas beau­coup pour une bonne répu­ta­tion…

 

6. Vous montrez le bon exemple

Est- ce que vous aimez quand quelqu’un passe sa mauvaise humeur sur vous et vous agresse, juste parce qu’il ou elle a eu une jour­née désa­gréable ou des problèmes ? Non ? Je vous rassure, moi non plus !

Depuis que je pratique l’aï­kido mental, je n’ai plus eu de conflit avec qui que ce soit ! Et je peux bien sur vous assu­rer que sans cette règle de vie, j’au­rais été servie …

A force d’avoir cette atti­tude calme et posée, les gens ne vous agressent même plus du tout. Encore mieux, certains s’ins­pirent et calquent leur compor­te­ment sur le vôtre.

Ce phéno­mène, c’est l’iden­ti­fi­ca­tion: on reprend toujours les quali­tés et les défauts des personnes inspi­rantes de notre entou­rage tout au long de notre vie ! Les autres personnes, qui tiennent abso­lu­ment à être néga­tives ou cher­cheuses de bagarre, tout simple­ment, arrêtent de faire partie de votre vie. S’éclipsent, ne font plus atten­tion à vous…

Ce qui aide beau­coup, c’est d’avoir une atti­tude quelque peu indif­fé­rente par rapport à son ego et le senti­ment de son impor­tance. Je ne dis pas non plus d’al­ler vers l’autre extré­mité, où le complexe d’in­fé­rio­rité nous guet­te­rait… Je parle plutôt d’équi­libre, du juste milieu.

le-juste-milieu

Donc, si quelqu’un vous provoque, le mieux c’est de ne pas avoir le moindre mouve­ment, ni la moindre mimique qui puisse trahir des senti­ments néga­tifs, comme la colère ou la frus­tra­tion. Pour cela, un seul vrai moyen – en être dépourvu, s’en déta­cher !

 

7. Vous avez l’oc­ca­sion de repen­ser la situa­tion avec plus de recul

Les réponses du tac au tac ne sont pas toujours les meilleu­res… Alors, répondre qu’on va y réflé­chir peut des fois être utile. Du moins, s’il s’agit de quelque chose d’im­por­tant.

Des fois, cela vaut la peine de prépa­rer de bons argu­ments bien réflé­chis avant de répondre. Et des fois, si c’est des petites choses, on peut même s’abs­te­nir de répondre. Tout est préfé­rable à un conflit.

Tous ensemble pour un monde meilleur !

arc-en-ciel

 

Sur ce, mon article se termine. Si vous l’avez appré­cié, ou que vous avez un avis à donner, n’hé­si­tez pas à me lais­ser votre commen­taire !

Inscri­vez-vous égale­ment à la news­let­ter du blog et parta­gez l’ar­ticle avec vos amis !

A bien­tôt sur elena­rou ! Que la Force soit avec vous !

Téléchargez gratuitement mon e-book
"Comment devenir une SUPER personnalité"
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(