8 varié­tés frui­tières faciles que j’ai testé pour vous dans mon jardin

Auteur:
Catégorie: Maison harmonieuse
Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !

 

Bonjour les amis ! Je suis très contente de vous saluer sur mon blog !

Aujourd’­hui, je vais vous racon­ter la suite de mon aven­ture en perma­cul­ture ! Malgré que ce concept est très large et veut dire beau­coup de choses, moi, j’ai retenu un concept majeur … Pour moi, la perma­cul­ture est avant tout d’avoir un jardin natu­rel, harmo­nieux, nour­ri­cier, où la diver­sité abonde, où toutes les varié­tés se mélangent, plutôt que de pous­ser par rangées, comme dans un pota­ger conven­tion­nel !

Bien sur, il y a aussi les concepts, qui sont capi­taux, comme celui de ne pas retour­ner et toujours couvrir la terre et aussi celui de la culture sur plusieurs niveaux, comme dans une jungle (plantes basses, arbustes, arbres).

Bien sur, ce genre de résul­tat ne s’at­teint pas du jour au lende­main … Et avant que je trouve cette super-solu­tion, pour que le grand équi­libre pure nature s’éta­blisse, on peut déjà plan­ter certains arbres frui­tiers faciles sans hési­ter !

Ces conseils se basent sur ce que j’ai expé­ri­menté moi-même dans mon jardin. Donc, quand je dis que ça marche, c’est du vécu !

Voici donc une première sélec­tion de plantes faciles et très sympa­thiques qui produisent des délices tout sains à manger sans que vous ayez grand chose d’autre à faire, à part la cueillette. Et qui donc auront leur place dans la jungle nour­ri­cière finale !

 

Le cassis et la groseille

fruit-rouge-grappe-groseill

Une variété extrê­me­ment facile, que j’ai planté il y a 8 ans main­te­nant ! Les groseilliers ont commencé à donner abon­dam­ment après 1 à 2 ans.

Niveau travail, à part la cueillette, il n’y a pas grand chose à faire ! Des fois, tailler une branche ou deux …

Et c’est exac­te­ment pareil pour son homo­logue noir, le cassis ! Mais aussi la casseille (croi­se­ment cassis et groseille à maque­reau) et la groseille à maque­reau !

fruit-casseille

fruit-groseille-a-maquereau

 

La fram­boise

Il existe des varié­tés remon­tantes et non remon­tantes. Les premières ont l’avan­tage d’avoir une deuxième récolte vers le début de l’au­tomne … Le souci, c’est que dans nos contrées, cette deuxième récolte n’est ni abon­dante, ni gorgée de Soleil ! Et donc forcé­ment, les fruits sont beau­coup moins savou­reux … Du coup, je préfère la non-remon­tante, car elle fait de plus gros fruits !

En plus de la fram­boise rouge, j’ai égale­ment planté de la fram­boise jaune … Un délice !

fruits-framboise-jaune

Sachant qu’il faut manger les fram­boises le jour même où on les cueille, je me demande parfois comment ils font pour les faire tenir plusieurs jours au maga­sin … Du coup, j’avais décidé de plan­ter ces frui­tiers chez moi … Histoire d’es­sayer … Main­te­nant, ça fait égale­ment 7 ou 8 ans que les fram­boises proli­fèrent chez moi !

Si vous voulez en faire une haie, comme moi, sachez qu’elle ne sera pas à la hauteur, comme le if ou le troène pour se cacher des voisins ! En revanche, si se réga­ler de fruits déli­cieux est prio­ri­taire pour vous, je ne peux que recom­man­der ces magni­fiques plantes.

Bien sur, il faudra les contrô­ler, car les drageons vont avoir tendance à sortir de plus en plus loin de la clôture, mais si vous avez de la place, rien ne vous empêche, non plus d’al­ler les plan­ter ailleurs. Ainsi, vous aurez encore plus de ces baies succu­lentes !

Person­nel­le­ment, en tant que crudi­vore, qui cherche à faire un max de mono-diètes, il m’ar­rive de les cueillir non pas dans un réci­pient, mais direct dans la bouche ! Et je dois avouer que mes garçons adorent ça aussi !

 

La mûre

mures-jardin

Cette variété est égale­ment hyper facile, vu qu’elle n’a besoin d’aucun entre­tien !

L’avan­tage de la mûre, c’est qu’elle porte des fruits au moment ou la saison des fraises et des fram­boises est déjà finie ! Ainsi, une fois qu’un plai­sir se termine, c’est le tour d’un autre plai­sir ! C’est une des choses merveilleuses avec l’été: c’est qu’il y a toujours un déli­cieux fruit à croquer !

 

La mira­belle

arbre-mirabelle-jeune-fruit

Il s’agit d’une sorte de petite prune sauvage. De couleur jaune ou jaune et rouge, elle pousse sur un petit arbre et est à matu­rité vers le mois d’août. Vu que c’est une variété rustique, elle est égale­ment tota­le­ment indé­pen­dante de l’homme. Il suffit de venir cueillir au bon moment.

Et à part ça, ces jolis petits arbres assurent une belle ombre aux plantes plus basses, qui poussent autour. Et quand le moment vient pour perdre son feuillage, ce dernier vient égale­ment enri­chir le sol en humus. C’est, en partie, comme ça que le sol demeure nour­ri­cier et riche. Des mono­cul­tures, elles, ont tendance à appau­vrir le sol et pour que vos légumes soient vrai­ment riches en nutri­ments, il faut les appor­ter au sol.

Même si la perma­cul­ture est un idéal à pour­suivre, l’ap­port de compost peut, dans un premier temps, être très secou­rable !

 

L’amé­lan­chier

arbuste-amelanchier

Cette plante peu connue dans les vergers est pour­tant extra­or­di­naire ! Elle produit des petites baies comes­tibles, qui, une fois bien rouges, sont abso­lu­ment déli­cieuses ! Il faut plus de temps pour en faire la cueillette, car cette plante n’a pas subi les sélec­tions par l’homme et donc les grappes sont assez petites et espa­cées, mais le goût en vaut la peine !

 

La rhubarbe

rhubarbe

Une variété très facile et très rustique, c’était une des rares plantes frui­tières présentes dans le jardin lorsqu’on a acheté la maison ! Assez acidu­lée et juteuse, cette plante est déli­cieuse avec du miel ! On peut même la lais­ser mari­ner un petit moment avec le miel et du jus de pomme, par exemple, afin qu’elle s’at­ten­drisse encore davan­tage.

Et ce sans oublier un bon petit jus … Atten­tion cepen­dant, comme elle est très fibreuse, pensez à bien l’al­ter­ner avec d’autres fruits, sinon votre machine va surchauf­fer !

Pour ce qui est de la culture, c’est une plante d’une extra­or­di­naire faci­lité ! Il n’y a stric­te­ment rien à faire à part la cueillette !

Si on veut la repro­duire, c’est égale­ment un jeu d’en­fant … Cette plante a une racine énorme ! Il suffit de casser un bout et de le plan­ter ailleurs ! Et voilà, le tour est joue !

 

La pomme et la poire

arbre-pommier-jeune-pomme

Certains auront du mal à me croire que les pommes et les poires sont des frui­tiers faciles … Mais oui, en choi­sis­sant des varié­tés rustiques et résis­tantes, adap­tées à votre région, ça marche très bien !

De plus, il ne faut pas regrou­per les mêmes varié­tés côte à côte. Ça aide la proli­fé­ra­tion des para­sites !

On peut égale­ment plan­ter des fleurs répul­sives au pied !

 

La vigne

plante-vigne-jeune-raisin

Là aussi, ne prenez pas une variété médi­ter­ra­néenne, elle ne sera pas adap­tée au climat belge ! Choi­sis­sez plutôt une variété de vigne rustique. Elle produira de petits raisins, mais, au moins, ils seront succu­lents !

Et si vous n’avez pas le courage de cracher quelques pépins, vous pouvez toujours en faire un déli­cieux jus ! Raisins ou pommes-raisins sont deux jus parfai­te­ment de saison et du jardin en fin d’été !

 

Sur ce, cet article pur nature se termine ! Je ne peux que vous encou­ra­ger à me lais­ser des commen­taires si vous en savez quelque chose sur la perma­cul­ture … ou si vous avez des ques­tions ou un avis à parta­ger ! N’hé­si­tez pas, non plus, à parta­ger cet article avec vos amis et à vous inscrire à la news­let­ter du blog, afin de ne rien rater !

A bien­tôt sur elena­rou ! Que la Force soit avec vous !

Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(