La gastro­no­mie en alimen­ta­tion vivante : prin­cipes clés pour crusi­ner saine­ment

Auteur:

 

Hello les amis ! Soyez les bien­ve­nus sur mon blog !

Aujourd’­hui, je vais abor­der le sujet de la gastro­no­mie crue, car beau­coup de crudi­vores adorent concoc­ter les petits plats sympa­thiques pour le plai­sir de leur palais !

Mais est-ce que le plai­sir gusta­tif est le seul facteur, dont on doit tenir compte ? Est-ce que certaines habi­tudes ne seraient pas plus saines que d’autres ?

Comme vous l’avez certai­ne­ment deviné, il y a une série de prin­cipes natu­rels, qui vous permet­tront de vous réga­ler sans empié­ter sur votre santé. C’est ce que nous allons voir aujourd’­hui !

 

 

Dans le cru, chacun suit un chemin diffé­rent, un chemin qui lui est propre. Il n’y a pas de mauvais ou de bon chemin. On évolue chacun selon notre parcours, nos préfé­rences, nos impé­ra­tifs santé et c.

Je tiens à rajou­ter aussi qu’il n’y a aucun mal à crusi­ner ! Le tout c’est de respec­ter quelques petites règles pour être en harmo­nie avec la nature. Après tout, en compre­nant ce qui est bon pour notre corps et ce qui ne l’est pas, on prend soin de soi ! De la meilleure façon !

En appre­nant à écou­ter son corps, on apprend à se faire plai­sir non seule­ment sur le plan gusta­tif, mais aussi sur le plan santé et éner­gie ! On se sent en pleine forme, on court, on saute et pour­tant, on n’est jamais fati­gué ! Avouez que c’est plutôt sympa ! :p

Et main­te­nant passons aux prin­cipes !

 

La simpli­cité est votre meilleure alliée !

Plus vos plats sont simples et plus ils seront légers et faciles à digé­rer ! Pensez que lorsque vous avez peu de temps, il est tout aussi facile de s’éplu­cher quelques carottes ou concombres que de de mettre un plat préparé au micro-ondes !

Seule­ment les consé­quences pour votre orga­nisme seront diamé­tra­le­ment oppo­sées !

Idéa­le­ment, il est préfé­rable de limi­ter vos ingré­dients à 4, mais ce n’est pas toujours facile ! Mais sachez que moins il y en a et plus vous aurez facile à digé­rer, ce qui veut dire aussi que vous en tire­rez un meilleur profit tout en ayant plus d’éner­gie pour d’autres choses !

Le temps de prépa­ra­tion sera aussi norma­le­ment beau­coup plus court, vous pour­rez zapper les livres de recettes, ce qui vous laisse le temps pour culti­ver vos talents et vous consa­crer aux personnes, dont vous appré­ciez la compa­gnie !

 

Un max de fraî­cheur !

Plus vos aliments sont frais et plus ils seront béné­fiques !

Là aussi, je vous fais part du cas de figure idéal, mais le meilleur de tous sera le fruit ou le légume cueilli dans votre jardin et consommé le jour même !

Il sera gorgé de l’éner­gie du Soleil et de la Terre et aura un capi­tal d’en­zymes et de vita­mines beau­coup plus riche que celui du maga­sin, qui a voyagé un certain temps après la cueillette (et qui a proba­ble­ment été aspergé de vilains pesti­cides … ) !

Bien sur, ces délais varient aussi d’un aliment à l’autre ! Si les petits fruits rouges, tels que les fraises, les fram­boises ou les groseilles, et la verdure doivent être consom­mées dans les 2 jours après la cueillette tout au plus, les pommes et les noix, eux, peuvent conser­ver leurs bien­faits pendant une bonne partie de l’hi­ver !

 

Les aliments de saison

Faites vos créa­tions cruli­naires avec des aliments de saison, autant pour un goût beau­coup plus riche et authen­tique que pour les quali­tés nutri­tives !

Quelle force pensez-vous tirer d’un fruit ou légume, que l’on force à pous­ser contre nature dans une serre avec des hormones de crois­sance, des pesti­cides et de la chaleur arti­fi­cielle ? La chimie a beau être « magique », ne tombez quand même pas dans le piège, car c’est de la magie noire ! :p

Par exemple, la saison des pastèques, c’est en juillet – août, mais pas en mai – juin. La saison des fraises – en mai – juin, celle des raisins et des poti­rons – en automne, la verdure en hiver, en revanche – ce n’est pas du tout la saison ! Mais vous pouvez faire pous­ser beau­coup de graines germées chez vous !

Quand vos aliments ne sont pas de saison, ils sont TOUJOURS culti­vés dans des serres, en y créant des condi­tions natu­relles arti­fi­ciel­le­ment ! Et bien sur, on ne lésine pas sur des produits qu’on met dessus, car sans cela, ça ne marchera pas !

Autre chose, on vend des pommes toute l’an­née. Mais sachant qu’on les récolte en septembre – octobre, que fallait-il asper­ger dessus pour les conser­ver jusqu’au mois d’avril – mai ? A moins qu’elles viennent de l’hé­mi­sphère Sud ? Trou­blant n’est-ce pas ?

 

Soyez atten­tifs à vos chan­ge­ments de goût

En passant au cru, vous avez certai­ne­ment remarqué que vos goûts changent ! Vous n’avez peut-être plus besoin d’épi­cer vos plats autant que vous épiciez les cuits !

Et avez-vous déjà essayé de manger des plats cuits sans aucune épice ? Essayez ! C’est infecte !

Si vous vous sentez prêts, limi­tez les épices dans vos plats et appre­nez à appré­cier la saveur natu­relle des aliments ! Si vous ressen­tez le besoin d’ajou­ter les épices, faites-le, mais sans excès ! Elles aident à détoxi­fier et à élimi­ner les para­sites de votre orga­nisme !

parasites dans le corps humain

 

Les asso­cia­tions correctes

Évitez de mélan­ger les fruits avec des légumes, les protéines avec les sucres ou les fécu­lents et les protéines avec les graisses !

Cela compliquera votre diges­tion dans le meilleur cas et dans le pire, cela stop­pera tous les proces­sus et provoquera de la putré­fac­tion ou la fermen­ta­tion des aliments ! Bonjour la mauvaise micro­flore intes­ti­nale !

 

Essayez des nouvelles saveurs !

L’ali­men­ta­tion tradi­tion­nelle utilise souvent les mêmes produits (viande, blé, riz, pommes de terre, tomates, sel, …). C’est la prépa­ra­tion qui diffère et les épices, mais les ingré­dients de base se répètent très souvent !

Je suis sure qu’il y a plein de saveurs que vous n’avez pas encore goûté du coup ! Avez-vous essayé la caroube, le chou rave, le panais, la spiru­line, l’avo­cat ou le wakamé ? Avec le cru, il y a tout un monde de nouvelles saveurs, qui s’ouvre à vous !

 

Évitez de manger de trop

Même si vous adorez ces aliments, évitez les excès, car ils sont toujours préju­di­ciables ! Elles étirent les organes et exercent une pres­sion sur d’autres, ce qui va entra­ver leur fonc­tion­ne­ment normal.

pointu a trop mangé

Sans oublier que le proces­sus de diges­tion sera égale­ment mis en péril !

Pensez à la modé­ra­tion ! Vous ne serez que plus léger et plus éner­gique pour votre propre plai­sir !

 

Ne copiez pas d’autres crudi­vores !

Soyez atten­tifs à vos besoins et envies ! Appre­nez à écou­ter votre orga­nisme ! C’est ainsi que vous compren­drez mieux VOS besoins !

Peu importe si un tel ou une telle mange ceci ou cela ! Peut être que cela vous convient, peut-être pas … Inspi­rez-vous en, gardez les idées, qui plaisent, mais ne copiez pas !

De toute façon, la solu­tion est en vous et non à l’ex­té­rieur !

 

Sur cette note philo­so­phique, mes conseils pour aujourd’­hui arrivent à la fin !

Inscri­vez-vous à la news­let­ter du blog pour ne rien manquer et parta­gez l’ar­ticle avec vos amis !

A bien­tôt sur elena­rou ! Que la Force soit avec vous !

Téléchargez gratuitement mon e-book
"Comment devenir une SUPER personnalité"
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(