Que faire si on a de la fièvre: méthodes natu­relles?

Auteur:
Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !

 

Bonjour les amis! Soyez les bien­ve­nus sur mon blog!

Aujourd’­hui, je voudrais abor­der le sujet de la fièvre. Que faire, si on fait de la fièvre? Faut-il s’alar­mer, dès qu’on a le tempé­ra­ture, qui dépasse 37,5°? Et le phéno­mène en lui-même que veut-il dire?

En compre­nant certains concepts autour du fonc­tion­ne­ment de son corps on se rend compte que la peur vient surtout de l’igno­rance. Et mes articles sont juste­ment là pour remé­dier à ce problème!

 

SOMMAIRE:

 

 

Qu’est-ce que la fièvre?

La fièvre est la consé­quence des méca­nismes de mobi­li­sa­tion du système immu­ni­taire dans le corps. En d’autres mots, il y a eu une intru­sion be bacté­ries, de virus ou autres micro orga­nismes et le système immu­ni­taire, notre armée micro­sco­pique, vole en mission pour le réta­blis­se­ment de la situa­tion!

Mais les microbes ou les virus, comment ça se fait qu’ils arrivent à nous infec­ter? Comment cela se fait-il que la mala­die est attra­pée et ensuite s’ag­grave? Juste, la faiblesse de notre armée immu­ni­taire! Cette faiblesse est surtout due au fait que notre corps est surchargé de toxines et que les fonc­tions de nos systèmes et organes sont tota­le­ment pertur­bées et déséqui­li­brées.

Et cela, c’est pourquoi? Je pense que les habi­tudes que nous avons dans cette société ne sont pas adap­tées à nos réels besoins. Pour cela, il faudrait rempla­cer:

  • le stress par le calme inté­rieur et une atti­tude zen;
  • l’ali­men­ta­tion chimique par l’ali­men­ta­tion natu­relle;
  • l’ali­men­ta­tion cuite par l’ali­men­ta­tion crue;
  • des bois­sons chimiques, pleines de sucre, par des jus maison natu­rels;
  • des acti­vi­tés nocturnes par du repos de qualité;
  • des séances devant la télé inutile par des randon­nées en plein air ou d’autres sports.

Ma liste n’est pas forcé­ment complète, mais cela vous donne une idée des points à amélio­rer. Allez-y progres­si­ve­ment et surtout, ne fixez aucun dogme! Expé­ri­men­tez et obser­vez. Ce qui convient à l’un ne convient pas forcé­ment à l’autre.

Il y a aussi un autre cas de montée de fièvre: la détoxi­fi­ca­tion de l’or­ga­nisme. Les toxines, stockées un peu partout dans les tissus de l’or­ga­nisme, se mettent tout d’un coup à sortir (suite à des procé­dures détoxi­fiante ou le passage trop direct à l’ali­men­ta­tion vivante) et surchargent le sang et la lymphe. Une réac­tion d’auto nettoyage se passe alors, car le corps cherche à élimi­ner toutes ces toxines gênantes à son fonc­tion­ne­ment.

 

Que faire en cas de fièvre?

Si en prenant la tempé­ra­ture et qu’on constate qu’elle est un peu trop élevée, la plupart des gens ont tendance à paniquer, à appe­ler le docteur ou à prendre des médi­ca­ments.

Mais il ne faut pas abais­ser la fièvre si elle n’ap­proche pas les limites dange­reuses de la vie (40–40,5°C). Après tout, la fièvre signi­fie que le corps active les défenses, que des proces­sus natu­rels de réso­lu­tion du problème sont en oeuvre. Pourquoi les stop­per et lais­ser le problème au point de départ alors?

Pareil pour la douleur: elle est un signal neuro­chi­mique, qui nous prévient que quelque chose ne va pas! Faut-il cacher le problème ou le résoudre?

On peut toute­fois soula­ger son état et de garder la fièvre à un seuil raison­nable. Qu’est-ce qui peut aider alors?

  • S’abs­te­nir de manger et de boire de l’eau pure tant qu’il n’y a pas d’amé­lio­ra­tion signi­fi­ca­tive. En évitant de manger, le corps a la possi­bi­lité d’uti­li­ser l’éner­gie, utili­sée pour la diges­tion à d’autres fins, comme la détox et la guéri­son;
  • boire éven­tuel­le­ment des jus de légumes verts ou de carottes;
  • si on sait quel organe est à l’ori­gine du problème, on peut sélec­tion­ner les plantes médi­ci­nales, qui feront du bien préci­sé­ment à cet organe;
  • mettre une compresse fraîche sur le front ou prendre un bain frais;
  • se repo­ser, dormir à volonté;
  • prendre sa patience et être confiant dans sa guéri­son et dans la force innée et natu­relle de votre corps. Tout s’y déroule dans le sens du réta­blis­se­ment de l’équi­libre;
  • prendre une bonne dose de posi­ti­visme en regar­dant des comé­dies, lire des livres humo­ris­tiques, parler à des personnes posi­tives.

Vous verrez que souvent, au bout de quelques jours tout au plus, le problème sera résolu de par lui même! Pourquoi? Mais, tout simple­ment, parce que nous avons tout ce qu’il faut en nous pour guérir. Natu­rel­le­ment! :p

 

S’af­fran­chir de la peur du symp­tôme

Image proces­sed by CodeCar­vings Piczard ### FREE Commu­nity Edition ### on 2015–05–18 15:44:44Z | http://piczard.com | http://code­car­vings.com

A partir du moment, où l’on a compris que les symp­tômes sont la consé­quence d’er­reurs qu’on commet dans le mode de vie. A partir du moment, où l’on entre­prend une démarche pour corri­ger ces problèmes, il ne reste plus de place pour la peur.

La société fait véhi­cu­ler beau­coup d’idées erro­nées pour nous garder dans la peur, mais chacun est pour­tant libre de faire le choix de regar­der les problèmes sous un autre angle!

Je dirai même que heureu­se­ment que les symp­tômes sont là. Ils sont toujours peu graves au début et s’ag­gravent avec le temps si on ne fait rien pour corri­ger le problème. Un cancer ou un Parkin­son ne se déclare pas du jour au lende­main. Il y a toujours des signes avant-coureurs!

En appre­nant à écou­ter son corps et à amélio­rer ses habi­tudes, vous verres que les symp­tômes dispa­raî­tront par eux-mêmes parce que leur cause aura été réso­lue. Alors écou­tons notre corps, essayons de comprendre pourquoi on a de la tempé­ra­ture ou que ça fait mal au lieu de gober les médi­ca­ments et conti­nuer à vivre comme si de rien n’était!

Faisons un choix respon­sable de deve­nir fort, libre et plein d’éner­gie!

 

Les médi­ca­ments sont-ils donc utiles?

Les médi­ca­ments ne font que suppri­mer les symp­tômes. Cepen­dant, ils ont leur utilité: par exemple si la fièvre approche du seuil dange­reux (40–40,5°), bais­sez la tempé­ra­ture au plus vite! Ne prenez pas de risques!

Pour les mala­dies chro­niques, pareil, la plupart des personnes ont telle­ment de toxines dans l’or­ga­nisme, leur état est telle­ment loin dans la mala­die qu’il leur serait impos­sible d’ar­rê­ter les médi­ca­ments sans courir le risque d’une crise de détox telle­ment puis­sante, que leurs jours seront en danger!

Il faut donc procé­der prudem­ment et systé­ma­tique­ment. Chan­ger ses habi­tudes très douce­ment, peu à peut: élimi­ner des aliments fran­che­ment toxiques, comme la viande, les laitages et les produits prépa­rés et en conserves, ajou­ter de plus en plus de jus de fruits et surtout de légumes dans son alimen­ta­tion!

Vous verrez qu’à terme votre santé s’amé­lio­rera sans même que vous vous en aper­ce­viez! Un jour, simple­ment, vous consta­te­rez que tel ou tel aliment ou autre facteur ne vous pose plus aucun problème!

Person­nel­le­ment, je suis trans­por­tée de joie de prendre ma vie et ma santé en main! J’ai vu mes aller­gies et soucis de foie régres­ser sans même m’en rendre compte! Et vous, vous en pensez quoi?

Les envies immé­diates ou la santé, l’éner­gie et l’har­mo­nie profonde en récom­pense à quelques efforts ? Le choix vous appar­tient! :p

 

Sur ce, mon article arrive à la fin.

Il s’agit évidem­ment de conseils d’une auto­di­dacte expé­ri­men­tée; mais qui ne se substi­tuent pas à un avis médi­cal. Je décline donc toute respon­sa­bi­lité en cas d’uti­li­sa­tion inap­pro­priée.

N’hé­si­tez pas à me donner votre avis sur le sujet dans les commen­taires. Parta­gez-le égale­ment avec vos amis sur les réseaux sociaux et n’ou­bliez pas de vous inscrire à la news­let­ter!

A bien­tôt sur elena­rou! Et que la Force soit avec vous! Toujours!

Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(