Comment entre­pre­neu­riat peut résoudre les problèmes dans le monde ?

Auteur:

 

Bonjour les amis ! Et bien­ve­nue sur mon blog !

Depuis quelque temps déjà, je me pose la grande ques­tion : « Comment un entre­pre­neur web peut-il contri­buer pour résoudre les problèmes de ce monde ? »

Ce qui est génial avec les entre­pre­neurs, c’est qu’ils ne voient pas de limites. Leur vision des obstacles est simple­ment qu’il s’agit de défis à rele­verUn autre point: ils pensent diffé­rem­ment de la masse et innovent, un peu comme Steve Jobs.

Les carac­té­ris­tiques typiques des entre­pre­neurs sont la créa­ti­vité, l’op­ti­misme, la déter­mi­na­tion et le désir de pertur­ber. Je pense que le monde a besoin de plus de personnes ayant ces traits. Vous, non- entre­pre­neurs, savez- vous que ces quali­tés surhu­maines peuvent être utili­sées pour construire un monde meilleur ?

C’est une voie royale pour créer des oppor­tu­ni­tés écono­miques dans des pays en déve­lop­pe­ment ou en crise. Il faut encou­ra­ger tout un chacun de démar­rer un busi­ness autour du sujet qui passionne.

Voici les 12 raisons pour lesquelles, je crois que l’en­tre­pre­neu­riat peut sauver la situa­tion mondiale …

 

SOMMAIRE:

 

carte-monde

 

1. Ça aide les gens à créer leur propre richesse.

Un des plus gros problèmes qu’on a dans cette société, c’est que nous croyons qu’en donnant notre argent à ceux qui en ont besoin, nous allons résoudre leurs problèmes. Je ne suis pas contre les dons, mais c’est mille fois plus effi­cace d’apprendre aux gens de consti­tuer leur propre richesse.

Il y a beau­coup de moyens pour y arri­ver, mais l’un des plus simples est de créer un produit infor­ma­tif en ligne.

Les entre­pre­neurs qui ont déjà réussi peuvent aider avec des infor­ma­tions dans le domaine du busi­ness. Si on peut éduquer les gens à l’en­tre­pre­neu­riat, ou l’art de consti­tuer sa propre richesse, nous pouvons aider la société à déve­lop­per le bon état d’es­prit et le désir de réus­sir.

aggradir-son-budget

Ainsi, les gens pour­ront décol­ler, être plus heureux et plus épanouis au lieu d’être à la merci des aides publiques, pensions, chômages, … L’en­tre­pre­neu­riat permet d’ap­prendre cela.

 

2. Rendre le monde plus effi­cace.

L’en­tre­pre­neu­riat est, par sa nature, l’art de résoudre des problèmes. En résol­vant de plus en plus de problèmes, on progresse, on s’amé­liore. On peut s’éva­luer par rapport à soi dans le passé.

Il faut viser l’objec­tif d’être le plus rapide et le plus effi­cace possible, mais sans que l’un des deux empa­tisse. Il faut se réor­ga­ni­ser. Par exemple, il faut faire gros­sir le capi­tal en faisant le moins possible. C’est l’ef­fet levier !

Le proces­sus tout entier pour un entre­pre­neur consiste à foca­li­ser de l’éner­gie dans un domaine, tout en se bala­dant dans autres pour rendre les proces­sus les plus effi­caces possibles, en inno­vant. Tout cela est un art et les entre­pre­neurs ont beau­coup de choses à nous apprendre: leur capa­cité à foca­li­ser sur l’ef­fi­ca­cité peut permettre de résoudre beau­coup de problèmes dans le monde.

 

3. Augmen­ta­tion du nombre des opti­mistes

rayon-de-soleil

Tous les entre­pre­neurs, par leur nature, sont opti­mistes. Le pouvoir de réso­lu­tion des problèmes de l’op­ti­misme est extrê­me­ment puis­sant. Si on ne croit pas qu’on peut, on ne pourra jamais ! Chaque jour des entre­pre­neurs opti­mistes résolvent leurs problèmes de la manière la plus incroyable. Cela pour­rait paraître impos­sible à des personnes ordi­naires.

Quoi de mieux qu’un monde rempli d’op­ti­mistes pour résoudre des problèmes ? Je suis persua­dée que chacun pour­rait faire un busi­ness quel­conque de ce qui le passionne.

 

4. Réduc­tion des besoins de dons

A partir du moment où la plupart des gens construi­raient leur propre richesse, la néces­sité des dons va dispa­raître. Les gens devien­draient auto-suffi­sants. Les entre­pre­neurs ne restent jamais assis à attendre que quelqu’un leur offre un cadeau, un chouette busi­ness avec plein d’argent pour pouvoir le démar­rer.

Ils sont conscients qu’ils doivent bouger et créer le produit de leur vision, même si personne n’y croit. Si on réduit le besoin des dons via l’en­tre­pre­neu­riat, alors on libère ces fonds pour d’autres usages.

 

5. Permettre aux gens d’avoir l’es­time de soi

En créant et en inspi­rant plus de gens à deve­nir entre­pre­neurs, on peur les aider à chan­ger leur propre estime de soi.

Ils seront conscients de la valeur de leur propre personne.

Si vous êtes à l’ori­gine d’un busi­ness et que vous subve­nez aux besoins de votre famille, cela donne un sens d’ac­com­plis­se­ment, de satis­fac­tion et de fierté.

Vivre une vie dépen­dante des autres sur le plan finan­cier a des effets très néga­tifs.

Je pense que ce serait très valo­ri­sant d’avoir plus de monde, qui se sent valeu­reux et qui éprouve de la satis­fac­tion en appor­tant une plus-value à cette société. Pensez-vous qu’il y aura encore autant de dépres­sions et de suicides ?

 

6. Une belle accé­lé­ra­tion de l’in­no­va­tion

Si le nombre d’en­tre­pre­neurs devrait augmen­ter, on verrait égale­ment le nombre de choses et concepts inno­vants monter en flèche.

mobile-a-idees

Si on combine cela avec le pouvoir d’in­ter­net, on a la recette d’un succès encore jamais atteint !

Le niveau auquel les socié­tés accé­lèrent l’in­no­va­tion et les problèmes qu’ils sont amenés à résoudre sont tous simple­ment fous ! Guérir le cancer et amener l’eau partout à travers le monde néces­site l’in­no­va­tion et l’en­tre­pre­neu­riat à grande échelle et le plus vite possible !

 

7. Répandre des idées conta­gieuses

Toute entre­prise démarre à partir du même petit ingré­dient : une idée. Même si l’idée est bonne, sa réus­site se mesu­rera à la façon dont elle pourra être répan­due. En gros, combien de personnes y adhé­re­ront et à quelle échelle on produira.

Quand les entre­pre­neurs n’ont pas d’idées, la société risque d’ar­rê­ter de gran­dir et les problèmes dans le monde risquent de demeu­rer. Pour les résoudre, il faut des indi­vi­dus déci­dés et créa­tifs.

 

8. Créer plus de compé­ti­tion

Pour pertur­ber les busi­ness tradi­tion­nels, qui n’in­novent plus, nous avons besoin d’en­trer en compé­ti­tion. Cette dernière ne peut avoir lieu que via l’en­tre­pre­neu­riat. En ayant des entre­pre­neurs avec plein d’idées nouvelles dans notre société, nous pouvons les répandre et défier la façon de penser tradi­tion­nelle.

systeme-de-pensee

Si nous ne chan­geons pas notre façon de penser, nous ne résou­drons aucun problème majeur. Si on veut que les choses changent, le premier pas à faire est de se chan­ger soi-même, de chan­ger notre façon de penser ! A partir du moment, où des concur­rents compé­ti­tifs entrent en scène, les socié­tés plus anciennes ont leur chiffre d’af­faires qui est affecté et là, ils sont bien obli­gés d’in­no­ver !

Pour des socié­tés anciennes et tradi­tio­na­listes, le choix devient simple : inno­ver ou dispa­raître. Ça peut paraître dur, mais l’in­no­va­tion et le chan­ge­ment sont des solu­tions aux problèmes actuels. Il n’y a que comme ça que ça peut chan­ger.

 

9. Chan­ger le système de croyance

Le chan­ge­ment le plus impor­tant que nous avons à faire à l’heure actuelle se situe proba­ble­ment au niveau de notre système de croyances. Les croyances sont les fonda­tions de tout ce que nous avons dans ce monde. Les entre­pre­neurs résolvent les problèmes en mettant au défi le système de croyances en venant avec des solu­tions tota­le­ment nouvelles.

Et le plus impor­tant c’est qu’eux mêmes ils y croient !

En démon­trant au monde par leurs propres actions et la force de leur foi, ils font le premier pas vers le chan­ge­ment. Il faut commen­cer par croire qu’on le peut ! Quand on entend que quelqu’un a réussi quelque chose d’in­té­res­sant et qu’on reste assis passi­ve­ment encore et toujours, on ne risque pas de passer à l’ac­tion et donc de réus­sir à notre tour …

Quand quelqu’un trans­forme une idée en action concrète, on reçoit une réfé­rence, un exemple à suivre. Ainsi, en l’ob­ser­vant, on augmente nos chances de réus­sir. Le tout c’est de passer à l’ac­tion.

 

10. Géné­rer davan­tage de philan­thro­pie

Ce que je préfère par dessus tout dans l’en­tre­pre­neu­riat, c’est que ça crée davan­tage de philan­thro­pie.

enfant-aide-afrique

Ça atteint le comble lorsque l’en­tre­pre­neur consi­dère qu’il est riche, qu’il a plus qu’as­sez de ressources pour vivre sa vie.

Pour couron­ner donc le succès, l’en­tre­pre­neur trouve un moyen de rendre service au moyen de sa fortune. Si on regarde la biogra­phie des entre­pre­neurs qui ont le mieux réussi, il y a toujours des actions philan­thro­piques qui arrivent à un certain stade. Quoi de plus beau que d’ai­der les autres à réus­sir après avoir réussi soi-même !

 

11. Amener l’en­tre­pre­neu­riat vers la hausse

N’ou­bliez pas que même si vous travaillez pour une grande société vous pouvez être « intre­pre­neur », ou entre­pre­neur interne, et avoir le même effet posi­tif sur le monde. C’est indis­pen­sable, ça peut boos­ter les socié­tés en mode escar­got, qui ont gran­de­ment besoin de restruc­tu­ra­tion et d’in­no­va­tion.

Tout le monde dans la société ne pour­rait pas être entre­pre­neur. Les entre­pre­neurs ont des choses à apprendre à leurs collègues, les philo­so­phies à adop­ter pour résoudre les problèmes. Si on regarde il y a envi­ron 10 ans, les entre­pre­neurs étaient quasi inexis­tants.

Chacun ne pour­rait pas remplir cette fonc­tion d’apprendre aux gens qui travaillent cette philo­so­phie. Ils en ont pour­tant besoin pour avoir une autre approche quand ils sont face aux problèmes. Il y a d’ailleurs de plus en plus d’in­té­rêt vis-à-vis de l’en­tre­pre­neu­riat.

entrepreneuriat-croissance

 

12. Vers une société plus respon­sable

Le défi majeur est qu’une bonne partie de la société est convain­cue que les problèmes dans le monde c’est le problème de quelqu’un d’autre. Les entre­pre­neurs sont, entre autres, respon­sables. Ils agissent autre­ment, ils ne subissent pas de façon passive.

Ils n’at­tendent pas après une solu­tion, ils en apportent une. Ensuite, il est extrê­me­ment impor­tant de la parta­ger.

Comme résul­tat, nous sommes fiers de notre réali­sa­tion, ce qui valide égale­ment la confiance en soi.

 

societe-responsable

 

Sur ce mon article se termine. Je serais heureuse que vous parta­giez votre point de vue dans les commen­taires.

N’hé­si­tez pas, non plus, de parta­ger cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux et de vous inscrire à la news­let­ter de mon blog !

A bien­tôt sur elena­rou ! Que la Force soit avec vous !

Téléchargez gratuitement mon e-book
"Comment devenir une SUPER personnalité"
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(