7 idées pour amélio­rer son alimen­ta­tion sans grands chan­ge­ments

Auteur:
Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !

 

Bonjour les amis et bien­ve­nue sur mon blog !

Souhai­tez vous manger bien plus saine­ment sans faire de grands chan­ge­ments dans votre vie ?

Je vous assure, que même en faisant ces quelques efforts, vous ressen­ti­rez déjà une nette amélio­ra­tion de santé. Vous pouvez me croire, je suis passée par là … Aujourd’­hui, je suis crudi­vore et heureuse de l’être, mais le chemin vers ce type d’ali­men­ta­tion n’a pas été un jeu d’en­fant tous les jours …

Vous voulez manger mieux en gardant vos bonnes vieilles habi­tudes ? Alors, cet article est alors fait pour vous inspi­rer !

 

SOMMAIRE:

 

pain-complet

 

1. Rempla­cez les produits blancs par des produits complets

Quels sont les produits concer­nés ?

  • les pâtes
  • le pain
  • le riz et les autres céréales à cuire
  • les céréales petit déjeu­ner

Sur le plan gusta­tif, il n’y a aucune diffé­rence, seul le temps de cuis­son peut être plus long.

Bien sur, au niveau de votre santé et au niveau de votre corps, la diffé­rence est capi­tale !

Il faut savoir que manger complet améliore gran­de­ment le tran­sit intes­ti­nal grâce à la présence de fibres. De plus, les procé­dés indus­triels de raffi­nage déna­turent les aliments. Donc, les aliments complets sont dépour­vus de traces de produits blan­chis­sants, par exemple. Donc, moins de compo­sants toxiques arrivent dans votre corps !

Après un repas avec des aliments raffi­nés, on a la sensa­tion de satiété, me direz-vous … Mais est-ce le signe que tout ce dont le corps a besoin a été apporté ? Non, car cette sensa­tion vient du fait que votre esto­mac est plein.

De plus, les céréales raffi­nées ont tendance à former une boule dans l’es­to­mac. Surtout du pain blanc bien frais ! Comme consé­quence, on peut avoir des lour­deurs d’es­to­mac et des diffi­cul­tés de diges­tion

Si j’en parle ainsi, c’est que je l’ai expé­ri­menté de maintes fois. A présent, j’en ai telle­ment eu marre de ces désa­gré­ments, que je ne mange plus ça! Sans aucun regret !

Le sucre et le sel: idem pour les quali­tés gusta­tives, il n’y a pas de diffé­rence si vous prenez du sucre roux de canne à la place du sucre blanc ou du sel marin gris (ou rose de l’Hi­ma­laya) à la place du sel blanc. C’est juste que l’ali­ment est moins trans­formé.

Encore mieux serait, bien sur, de tota­le­ment rempla­cer le sucre par le miel.

miel

C’est tout aussi sucré, mais telle­ment plus natu­rel ! Et qui crée des aliments meilleurs, que mère nature ?

 

2. Boudez les conserves !

Est- ce que j’ai dit qu’il fallait tout laver, éplu­cher, couper et cuire ? Bah, si vous avez du temps c’est à préfé­rer à coup sur! Même si vous pouvez aussi gagner du temps et ajou­ter, le plus souvent possible, des aliments crus à votre menu.

Mais, comme avant tout cet article est destiné à celles et ceux qui ne souhaitent ou n’ont pas la possi­bi­lité de modi­fier trop leurs habi­tudes, je conseille­rai alors, pour les légumes – prendre plutôt des légumes surge­lés. Par rapport aux conserves, l’avan­tage est évident: l’ali­ment est moins déna­turé. De plus, il n’est pas salé-sucré-traité.

Du coup, la teneur en nutri­ments est bien meilleure !

petits-pois-surgeles

Pour les fruits, il n’y a pas plus simple, que de les manger crus et frais ! A vous les vita­mines et les miné­raux !

 

3. Rempla­cez un jour ou deux la viande de poulet et le haché par des dès et du hachis de quorn et, pour le reste, ache­tez de la viande bio

Vu les condi­tions épou­van­tables d’élevage indus­triel qu’on pratique un peu partout… Non, le bien-être animal n’est pas le sujet de cet article ! Il s’agit du vôtre !

Je disais donc, les condi­tions d’éle­vage ne permettent pas aux animaux d’avoir une alimen­ta­tion saine et équi­li­brée. Après tout, on recherche la renta­bi­lité à tout prix !

Pour résu­mer, oui aux hormones – la bête gran­dira plus vite! C’est plus rentable !

Oui aux anti­bio­tiques – dans l’éle­vage concen­tra­tion­naire, les animaux sont entas­sés les uns contre les autres, comme dans une boîte à conserves ! Un petit microbe pour­rait donc faire un tour très vite et tout le monde y passe­rait, ce qui anéan­ti­rait la renta­bi­lité ! Alors, soyons prévoyants et piquons les animaux, qui ne sont pas encore malades.

Oui aux farines animales – on va tout de même pas ache­ter à manger pour ces animaux, quand on peut broyer leurs congé­nères morts … Oui aux tour­teaux de soja OGM, car il faut varier ne fut-ce qu’un peu la nutri­tion des bêtes ! On fait comme on peut !

Et le meilleur pour la fin ! Après que les animaux se sont bien réga­lés de toutes ces substances bien nocives, où vont-elles ? Une partie est évacuée, certes ! Mais, il y a aussi une autre partie, qui est stockée dans les tissus de leur corps. Et vous les mangez !

Le quorn est une sorte de cham­pi­gnon, qui imite merveilleu­se­ment bien la viande. Essayez ces nuggets ou ces dés de « poulet » ou encore ce hachis savou­reux. Vous ne serez pas déçu …

Invi­tez même des amis, qui ne connaissent pas encore cet aliment et après dégus­ta­tion deman­dez-leur quelle viande ils ont mangé. Je vous parie qu’ils diront du bœuf ou du poulet !

Si ça vous dit, vous pouvez même briller avec une petite cita­tion sur le végé­ta­risme une fois le secret dévoilé!

quorn

 

4. Vous n’éprou­vez pas la faim ? Ne mangez pas !

Ou alors super méga léger et rapi­de… Croquez un fruit ou un légume cru !

L’ab­sence de la sensa­tion de faim est en géné­ral un signe que l’es­to­mac n’est pas prêt à accueillir quoi que ce soit en son sein ! Tout simple­ment, il n’y a pas de produc­tion de suc gastrique ! Alors pourquoi manger ? L’heure ou l’ha­bi­tude n’est pas un argu­ment face aux ressen­tis du corps !

Essayez de déro­ger à cette règle. Lour­deur d’es­to­mac garan­tie ! En tout cas, je l’ai bien expé­ri­menté.

Faites le choix de ne pas se forcer à suivre des règles de société, souvent infon­dées, et de vivre à l’écoute de votre corps. En tout cas, en ce qui me concerne, c’est l’un des meilleurs choix que j’ai fait.

 

5. Vous aimez la faci­lité confor­table des plats prépa­rés ? Ache­tez les bio

Oui oui, je sais, c’est plus cher ! Mais quand même, le prix des plats prépa­rés conven­tion­nels est aussi bien trop grand s’il faut parler en termes du rapport qualité-prix ! La plupart de ces plats ont une belle portion de fécu­lent, c’est à dire l’in­gré­dient le moins cher et seule­ment un peu de légumes et de viande ou substi­tut. De plus, les portions sont souvent trop petites !

spaghetti-carbonara-plat-pr

Vu comme ça, l’idéal reste toujours de prépa­rer soi-même … Car si vous devriez faire le compte de ce que ça vous coûte­rait … Même en bio …

Mais, reve­nons à nos moutons. Ici, nous parlons d’amé­lio­rer la santé et pas le budget !

Et donc, l’idée numéro un serait de véri­fier la liste des ingré­dients et de s’as­su­rer qu’on peut faci­le­ment visua­li­ser ce que repré­sente chacun d’eux ! Tout comme vous, je ne sais pas de quoi a l’air E3456 ! Donc, autant ne pas en avoir dans ses ingré­dients !

Par expé­rience, je sais qu’en bio c’est assez courant d’avoir des ingré­dients normaux, pour avoir passé quelques heures de ma vie à exami­ner les ingré­dients de ce que j’achète et de ce que je bannis de ma maison !

 

6. Rédui­sez la chaleur au maxi­mum, ensuite écour­tez le temps de cuis­son autant que possible

A partir du moment, où vos ingré­dients sont légè­re­ment croquants ou à peine mous … Les goûts et les couleurs … Arrê­tez la cuis­son ! Ne lais­sez pas mijo­ter des heures !

Sachez que chaque degré et chaque minute en plus vous fait perdre de précieux vita­mines et des miné­raux, conte­nus dans vos bons aliments.

Préfé­rez égale­ment la poêle à la friteuse à chaque fois que c’est possible (pour des croquettes plates, par exemple) ! La tempé­ra­ture de cuis­son passe­rait de 290°C à 100°C ! Et ça vous fait quelques cancé­ri­gènes en moins !

Bien sur, en allant dans le sens des amélio­ra­tions,  la cuis­son vapeur ou à l’étu­vée est large­ment préfé­rable à la cuis­son dans l’eau ou à la poêle… Et bien sur, bannis­sez la cocotte-minute et le four à micro-ondes. Ce dernier est si nocif, que lorsque vous ressor­tez l’ali­ment, ce n’est plus du tout le même qu’a­vant qu’il y passe …

Mais pour en être convaincu, un micro­scope serait néces­saire !

 

7. Que des bonnes huiles de première pres­sion à froid ou de la graisse de coco comme matières grasses

huile-d-olive

Préfé­rez les huiles végé­tales aux marga­rines de synthèse et aux beurres bien gras. Pour être de bonne qualité, l’huile doit être pres­sée à froid, car, comme je l’ai déjà expliqué, la chaleur déna­ture les aliments et détruit les vita­mines et miné­raux !

Et si ce n’était que la chaleur … Pour extraire vrai­ment toute l’huile des matières premières, on y ajoute aussi des produits bien chimiques et bien toxiques !

Plutôt que de chauf­fer votre huile, faites une bonne mari­nade aux fines herbes et épices et verser sur des aliments cuits vapeur. A bon enten­deur … et surtout au bon goûteur !

 

Sur ce, mon article arrive à la fin. Racon­tez-moi dans les commen­taires, comment vous avez amélioré votre alimen­ta­tion ? Ou quels sont vos plans dans un proche avenir ?

N’hé­si­tez pas, non plus, à vous inscrire à la news­let­ter du blog et à parta­ger l’ar­ticle sur les réseaux sociaux.

A bien­tôt sur elena­rou. Que la Force soit avec vous !

Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(