5 super-conseils de Vadim Zeland pour garder votre santé au top !

Auteur:
Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !

 

Hello les amis !

Pensez-vous qu’il y a beau­coup de personnes réel­le­ment en bonne santé dans notre société ?

Ceux, dont la santé permet­trait d’al­ler dans l’es­pace aujourd’­hui même ? Ceux, qui n’ont pas mal à la tête au soir, ni de troubles diges­tifs ? Ceux qui n’at­trapent pas froid en automne, qui n’ont pas de rhume et qui se réveillent pleins d’éner­gie tous les matins ? Ceux, qui sont sveltes, ont une excel­lente vue et des dents impec­cables ?

Connais­sez-vous des personnes ainsi ? Ou en faites-vous partie ? Alors, il ne me reste qu’à vous féli­ci­ter et vous souhai­ter de main­te­nir vos super-habi­tudes ! Mais si ce n’est pas votre cas, je vous invite à lire la suite et d’es­sayer mes conseils …

 

arc en ciel de fruits et légumes

 

Pourquoi il n’y a presque personne en bonne santé de nos jours ?

Pour appor­ter une partie de la réponse à cette ques­tion, je vais commen­cer par une cita­tion de Vadim Zeland, extrait de son livre « Brisez le système techno-géné­tique » (pas encore traduit en français à ce jour) :

L’homme, par rapport à son corps est un sadique exquis et raffiné ! On dirait qu’il soumet son corps exprès à des tortures, qui n’ont pas été prévues par la Nature ! Comment aurait-elle pu devi­ner que l’homme intro­dui­rait dans son corps de l’al­cool, s’em­poi­son­ne­rait avec de la fumée de tabac, prépa­re­rait sa nour­ri­ture sur du feu, s’en­tou­re­rait de plein de trucs chimiques et de rayon­ne­ments élec­tro­ma­gné­tiques et, au lieu d’un mode de vie actif, celui pour lequel son corps a été conçu, aurait un mode de vie complè­te­ment séden­taire.

C’est vrai, ça vaut la peine de se poser la ques­tion pourquoi l’homme paie pour s’em­poi­son­ner de jour en jour avec de l’al­cool, du tabac, de la nour­ri­ture morte, des OGM, des addi­tifs alimen­taires chimiques, des conser­va­teurs et d’autres horreurs. Pourquoi c’est la norme dans notre société ?

Même la rapport de l’homme à la santé est fonda­men­ta­le­ment erroné ! Depuis l’en­fance, on nous tambou­rine le crâne avec des sché­mas erro­nés : « La mala­die – c’est quand ça fait mal », « Les docteurs et les médi­ca­ments soignent les mala­dies », « Ne dérange pas le docteur tant que t’es pas vrai­ment mal » et c.

Du coup, l’homme attend le dernier moment, souffre et quand il n’en peut vrai­ment plus, il s’adresse au docteur, prend des tonnes de compri­més de toutes sortes et essaie de suppri­mer les symp­tômes, mais en aucun cas la cause réelle de la mala­die !

L’homme ne se fait pas confiance, pas plus qu’à la Nature. Il se gave de médi­ca­ments, d’an­ti­dou­leurs et co et se comporte comme si son corps avait des ressources illi­mi­tées …

malade imaginaire

Mais, malheu­reu­se­ment, on ne peut pas rafis­to­ler sans cesse notre corps avec des rustines ! On ne peut pas planquer les symp­tômes toute sa vie comme les sale­tés sous le tapis ! Il ne faut pas tomber dans la dépen­dance médi­ca­men­teuse, même la plus anodine à première vue (comme les gouttes pour le nez ou du para­cé­ta­mol contre le mal de tête).

La tension est montée ? Hop, un petit comprimé pour bais­ser ! La fièvre est appa­rue ? Hop, un petit cachet ! On tousse ? On étouffe la toux ! La tête fait mal ? Faut que ça s’ar­rête tout de suite ! Le ventre fait mal ? On écrase la douleur ! Il y a une multi­tude de moyens de faire taire notre orga­nisme aujourd’­hui, même si après on devient un zombi drogué aux médocs ! Tant qu’on reste tranquille … [Vadim Zeland].

 

Comment sortir de ce cercle vicieux alors ?

En vérité, notre orga­nisme est un système complexe et sophis­tiqué, qui possède en lui l’in­tel­li­gence de la Nature et toutes les ressources pour s’au­to­ré­gu­ler et se régé­né­rer tout seul, sans inter­ven­tion des médi­ca­ments et de docteurs. La seule condi­tion pour cela est de créer des condi­tions favo­rables à cette régé­né­ra­tion. Il ne faut pas aller contre les lois natu­relles !

Conseil 1 : Augmen­tez votre niveau de conscience

Arrê­tez de vous empoi­son­ner ! Posez-vous la ques­tion sur les bien­faits et les méfaits des ingré­dients, qui composent votre nour­ri­ture. Combien d’in­gré­dients avec des E ? Qu’est ce que vous mettez dans votre caddie ? Élimi­nez au moins les chips et le fast-food pour commen­cer !

Et le wifi ? En avez-vous vrai­ment besoin lorsque vous mangez ou lorsque vous dormez ?

Les produits chimiques, les rayon­ne­ments élec­tro­ma­gné­tiques et les OGM ne sont pas ressen­tis, mais pour­tant ils tuent ! Juste que c’est une mort lente ! Lente, mais certaine ! Il faut être vrai­ment naïf pour croire que vous échap­pe­rez aux consé­quences de ces « faci­li­tés » synthé­tiques ! [Vadim Zeland]

Conseil 2 : Rempla­cez les mauvaises habi­tudes par des meilleures

Libé­rez-vous de la ciga­rette, des médi­ca­ments super­flus, du verre de vin « obli­ga­toire » au souper de famille, de la 5e tasse de café du jour, du dessert après le repas, … Commen­cez toujours petit pas par petit pas. Dimi­nuez le nombre de tasses de café, essayez de les rempla­cer par des infu­sions. Rempla­cez le vin par du jus de grenade ou de cerise. Rempla­cez le gâteau par un fruit et mangez le en dehors des repas.

Il faut abso­lu­ment préfé­rer les aliments, qui vous apportent quelque chose de bon, plutôt que de manger ce qui est juste comes­tible ! [Vadim Zeland].

Conseil 3 : Mangez plus d’ali­ments « vivants »

verrines de crudivore végétarien

Ajou­tez un maxi­mum de feuilles vertes, de graines germées, de légumes, de fruits et de baies à votre menu. Pour savoir lesquels sont les meilleurs, c’est par ici ! Évitez de les cuire et préfé­rez ceux de saison (du moins de saison dans le pays d’où ils viennent), car ils sont bons s’ils ont poussé dans les condi­tions natu­relles ! Pour l’hi­ver, vous pouvez conge­ler vos fruits et légumes d’été préfé­rés.

La nutri­tion doit abso­lu­ment être variée et complète. Pas de fana­tisme donc ! Parfois, des gens entendent quelque chose sur les merveilles de l’ali­men­ta­tion vivante et, du jour au lende­main, ne mangent quasi que des pommes ! La trans­for­ma­tion doit être progres­sive et natu­relle ! Pas de limi­ta­tion et le rejet d’ali­ments, mais un rempla­ce­ment progres­sif de certains produits par d’autres. [Vadim Zeland].

Conseil 4 : ajou­tez de l’ac­ti­vité physique dans votre plan­ning jour­na­lier

Prenez soin de votre corps de la façon, qui vous paraît la plus agréable : jogging, marche, nata­tion, muscu­la­tion, danse, yoga, pompes, chi gong, …

un homme fait du yoga

Le plus impor­tant, c’est de bouger ! Aussi souvent que possible ! Surtout si vous avez un travail et un mode de vie séden­taire.

De nombreuses mala­dies sont les consé­quences d’un manque d’éner­gie, mais aussi de blocages et accu­mu­la­tions d’éner­gie à divers endroits. Pour les élimi­ner, il faut augmen­ter son niveau d’éner­gie. Alors, l’éner­gie coulera harmo­nieu­se­ment dans vos corps et les blocages s’en iront d’eux-mêmes !

Ce qui n’est pas utilisé s’atro­phie. C’est une des lois de la Nature et il n’y a rien à faire, même si c’est désa­gréable ! Il n’y a pas d’état d’équi­libre, il y a soit le déve­lop­pe­ment, soit la dégra­da­tion. Jusque 20–25 ans, le corps humain se déve­loppe de lui même, mais après, c’est soit à nous de four­nir les efforts néces­saires pour se déve­lop­per ou du moins main­te­nir la bonne forme, soit on va tout douce­ment se dégra­der. [Vadim Zeland]

Conseil 5 : Fixez-vous comme objec­tif l’har­mo­nie du corps et de l’es­prit

Renon­cez à l’ha­bi­tude de cacher tout symp­tôme avec un médi­ca­ment. Ne croyez pas aveu­gle­ment les docteurs non plus. Souve­nez-vous qu’en méde­cine il y a beau­coup de théo­ries, qui se contre­disent et que cette science évolue. Il n’y a pas de dogmes !

Appre­nez à écou­ter votre corps. Qu’a­vez-vous fait la dernière fois que vous avez attrapé un mal de dos ? Avez-vous stressé ? Fait un faux mouve­ment ? Soulevé une charge trop lourde ? Ou resté assis trop long­temps ? Cher­chez les réponses dans vos habi­tudes de vie, essayez de les chan­ger … Obser­vez les chan­ge­ments au niveau de votre santé …

apprendre à se connaître et à s'observer

C’est beau­coup plus effi­cace de s’étu­dier que d’al­ler à une consul­ta­tion de 15 minutes, où le docteur vous pres­crira des médi­ca­ments !

La plupart des docteurs ont des points de vue et des méthodes très conser­va­tifs. C’est ainsi qu’on les forme dans les univer­si­tés. La science de la santé s’oc­cupe de « méca­nismes et de struc­tures ». Elle prétend que les douleurs sont les consé­quences des pertur­ba­tions dans les foncions et dans les struc­tures. Le lien entre le corps et l’es­prit, lui, on n’en parle même pas ! [Vadim Zeland].

 

Voilà, je pense n’avoir rien oublié aujourd’­hui ! Que pensez-vous de ces conseils ? Y’en a-t-il un qui vous donne parti­cu­liè­re­ment envie de commen­cer à prendre soin de vous ?

Pensez aussi à rele­ver mon défi santé de 30 jours pour aller dans la direc­tion de la force et de la vie ! Le prin­cipe que j’y utilise est juste­ment le rempla­ce­ment des moins bonnes choses par de meilleures ! A votre rythme !

Parta­gez égale­ment l’ar­ticle sur les réseaux sociaux pour aider vos amis à rester en pleine forme aussi !

Sur ce, belle jour­née et que la Force soit avec vous !

Relevez mon défi santé de 30 jours
et recevez 5 premières vidéos gratuitement !
Laisser un commentaire
:p :-p 8) 8-) :lol: =( :( :-( :8 ;) ;-) :(( :o: :o(